Finisheuse dans la douleur de l’UTPMA !

Parfois une médaille de finisher est plus importante qu’une coupe de première…et bien c’est le cas de cet UTPMA. Je prends le départ de cet ultra, confiante au vue de mon expérience, malgré la fatigue accumulée des derniers jours au taf, malgré mon manque de sommeil du à mon erreur de programmation de séjour et confiante sur ma nouvelle alimentation mise en place et qui fonctionne depuis 3 trails. Et bien rien à marché comme il fallait !

je vous raconte : Un départ avec tout le groupe d’Acignolais, au top, ca faisait longtemps ! Mais aussi un départ sur la première ligne car cette année c’est honneur aux femmes qui partiront devant ! Je découvre les élites féminines présentes, Mélanie Rousset, Karine Sanson…ça va envoyer !

Le départ est lancé…mais déjà au bout d’une heure, j’ai envie de dormir…j’hallucine, la route va êre longue ! Rémy – mon sauveur de la journée – me ratrappe avant le premier ravito, et me redonne un bon rythme, car je dormais déjà dans les côtes. Coté ventre, c’est déja très compliqué…je ne suis pas confiante pour le reste de la course. …et ça va se confirmer, je m’arrête plusieurs fois 5 minutes pour dormir sur le bas côté histoire de récupérer. On arrive à la base de vie avec Remy…il ne veut pas repartir mais je fais confiance à tous les accompagnateurs pour le rebooster et repars en pensant bien qu’il va me rejoindre. Pendant ce temps, c’est pause technique (le début de mon long périple de vomissements). J’entame la partie la plus dure jusqu’au Pas de Peyrol. Les images sont à couper le souffle ! C’est juste grandiose avec un temps de folie, mais un de ces vents sur les crêtes. Je suis au plus bas de ma forme. Je me sens faible, très faible et ai peur pour ma santé. Ma décision est prise, j’abandonne au prochain ravito. J’appelle Nico pour qu il m’attende et appelle ma soeur pour la prévenir. Malgré leurs encouragements à continuer, je leur fais sentir que ce n’est plus possible physiquement et ils doivent le comprendre car ils n’insistent pas trop. C’est une décison lourde de sens pour moi…c’est bien mon 1er abandon en trail ! Je finis à l’agonie le col du Puy Mary (sans baton puisque interdit sur cette portion). Nico me récupère et redescend avec moi. Je me pose et il me dit de bien réfléchir, d’essayer de manger et qu’on verra après. Les docs viennent me voir, me prennent tension, glycemie… les résultats sont corrects pour quelqu’un qui n’a qu une compote dans le ventre depuis 11h de course ! Heureusement, je m’étais bien hydratée avec du sirop à l’eau qui m’a permis de maintenir mon taux de sucre. Après une pause d’ 1/2 heure JE REPARS !!! Il me reste 45 km….je ne sais pas comment je vais les finir, mais maintenant dans la tête, je ne peux plus abandonner ! Remy me recupère et on finira, ou plutôt m’accompagnera jusqu’à la fin ! Sacré soutien jusqu’au bout ! Je continue à vomir chaque bouchée ou chaque gorgée d’eau et ça jusqu’ à la fin ! L’arrivée est grandiose avec Remy, mains levées !

Je l’ai fait ! On l’a fait ! Une grande fierté s’empart de moi. Je pensais avec découvert mes limites dans la montée du Puy Mary, en décidant d’abondonner ! Il n’en est rien ! Ce sera peut-être pour une prochaine fois….ou pas !

Un grand merci à mon homme, qui a su me rebooster dans les moments difficiles avec calme et discernement. Merci biensur à Remy pour avoir attendu le boulet du jour ! Un énorme merci à mon coach, Fred qui a du abandonner, hélas au 50 èm. Merci à tous les accompagnateurs Acignolais, ça m’a fait un bien fou sur les ravitos ! Et big, big, big félicitations à ma Catoche (et Stéphane) qui est finisheuse et qui a géré les barrières horaires avec une main de maitre ! Tu m’as épatée !

Les photos arriverons dans la foulée, mais je voulais absolument faire ce compte rendu à chaud !

2 commentaires à “Finisheuse dans la douleur de l’UTPMA !”


  1. 0 rémy 20 juin 2017 à 12 h 11 min

    Eh bien on a bien rigolé en tout cas ;
    J’ai pu mesuré le courage et la volonté dont tu as fait preuve pour terminer cette course . Quelquefois je me disais ce n’est pas raisonnable mais je pense que tu as fait preuve d’une grande lucidité . On a su calmer le jeu quand il le fallait; ton expérience t’a bien servi. Je vois encore ton visage s’illuminer au ravito de selles à la vue des morceaux de melon. On en avait tellement réver quelques kilomètres avant. Mais rien ne passait décidément . Il nous restait suffisamment d’énergie pour terminer sous les 24h. Très content et très fier d’avoir pu t’accompagner jusqu’au bout . Un grand bravo à toi. Et lache toi sur le melon maintenant

    Répondre

    • 1 grazieomds 20 juin 2017 à 12 h 44 min

      Merci encore à toi Rémy ! Aujourd’hui j’ai plein de souvenirs de course qui me reviennent et me dis qu’à défaut de perf, j’ai vécu une belle expérience humaine en ta compagnie ! Un super week-end en tout cas !

      Répondre

Laisser un commentaire


Visiteurs depuis le 5/12/14


Socoaching |
Unbo45 |
Dimf1 grand prix F1 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Badadonf
| Norseman2014
| Chassesousmarinemartietsteph